Jeudi 7 mai 2020

J’ai assez vite cessé d’attendre.

L’espoir de rejoindre ma mère, de réinjecter un peu de normalité dans nos vies, a été rapidement remplacé par une colère concentrée dans le fond des poings, prêts à écraser et détruire à chaque frustration, aussi dense et résistante soit-elle. Il y a un réconfort, même fugace, dans cette destruction, dans ces choses que je broie et qui sont tout à fait à ma merci. Ce sera un miracle si j'atteins le 11 mai sans fracture du connard.

J'ai peur de laisser ma colère l'emporter, alors je me force à rester chez moi pour ne pas provoquer de dégâts. Me heurter à une personne peu compréhensive qui jugerait le motif de mon déplacement illégitime pourrait déclencher une fureur que je ne veux surtout pas vivre. Et en même temps, je me déteste de ne pas avoir la force de tout envoyer valdinguer, d'y aller, même à pied.

Je déteste cette peur qui me tétanise, ce cerveau atrophié qui n'arrive plus à penser.