Jeudi 16 avril 2020

« - Et côté activité, ça va ?
- Oui, on bosse bien, on a plus de nouveaux clients.
- Ah, si ça permet aux petits artisans d’augmenter leurs chiffres d’affaires, je trouve ça parfait ! »

Je conçois que chacun doive faire face à sa façon à cette situation exceptionnelle, que pour certains l’optimisme est une gymnastique et que la gymnastique dans son salon est hyper tendance, mais arrêtez-vous deux minutes et réfléchissez avant de partager avec le monde vos fulgurances.

« Merci le confinement de nous sortir de notre zone de confort, de nous rappeler ce qui est essentiel. »

Cette pandémie est destructrice et violente. Ce n’est pas une « chance offerte par la planète » ! Ce sont des centaines de milliers de personnes malades, des dizaines de milliers de morts, des deuils impossibles, des angoisses du lendemain, des violences domestiques, des familles séparées, des personnes isolées, des gens qui se retrouvent sans revenus, sans emploi, d’autres qui vont bosser la peur au ventre.

Vous êtes sûrs que la sortie de votre petite zone de confort valait ça ? Certains que c’était un prix correct à payer pour vous rappeler de l’essentiel ? Vraiment convaincus que c’est « parfait » puisque le commerçant de la rue a doublé son CA sur le dernier mois ? Ça panse vraiment les blessures de monter et tenir un putain d’équilibre sur la tête ?

Un peu de décence, par pitié.