Yūshien, Matsue, Shimane

2019-05-16_Yuushien-5.JPG

C’est par bus qu’on accède à la petite île qui se trouve au centre du lac Nakaumi. Depuis la route, on n’imagine pas la splendeur qui nous attend derrière les portes. Les nuances de verts, les textures des troncs, les lignes des feuilles, la mousse qu’on souhaiterait parcourir pieds nus, les touches de couleurs franches et vibrantes des pivoines, nénuphars, iris et du pont rouge.

Mais aussi les passages de l'ombre à la lumière, les perspectives, les carpes dans le bassin, les cours d’eau et petites cascades, les ombrelles des quelques pivoines...

Nous empruntons chaque allée qui croise notre flânerie. Nous nous asseyons sur chaque banc pour profiter des tableaux créés par des jardiniers.

2019-05-16_Yuushien-1.JPG 2019-05-16_Yuushien-2.JPG 2019-05-16_Yuushien-3.JPG 2019-05-16_Yuushien-4.JPG

J’aime tellement la mise en scène des jardins japonais, le soin apporté aux détails. J’ai lu l’année dernière l’article d’une voyageuse qui expliquait qu’ils transpiraient la résignation. Elle les comparait à des petits cercueils agrémentés d’arbres rabougris et recroquevillés. Je pense à ses mots à chaque visite ; où sont les arbres rabougris et recroquevillés qu’elle a vus ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet