Les phrases

Comme les parfums, il y a des phrases qui te font remonter le temps, que tu ne peux plus sentir, que tu refuses de ressentir car elles t’écœurent et te serrent le ventre jusqu'à faire des crampes.
« Ton père est à l'hôpital » est l'une d'elles.
Cinq côtes brisées hier dans une cascade encore ratée.
Ça n'aura rien à voir avec février 2015 ; ni anesthésie, ni opération, pas de quoi chambouler de nouveau la fragile chimie de son cerveau.
Il va bien -aussi bien qu'on puisse aller avec cinq côtes cassées.
Mais le savoir une fois de plus blessé m'est intolérable.
Je vais finir par détester février autant que les lundis.

Commentaires

1. Le samedi 1 octobre 2016, 02:44 par karim

super site, quel est le thème ? il est juste magnifique.

2. Le dimanche 19 février 2017, 17:58 par free live sex

Its such as you read my mind! You seem to grasp so much approximately this, like you wrote the guide in it or something. I believe that you just can do with a few p.c. to drive the message home a bit, but instead of that, this is excellent blog. A great read. I will definitely be back.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet