Tren Pao Li

La semaine dernière, Muchigrounou et moi sommes allés au Festival du « pendant que Takeshi se hara-kirise le bide pour exhiber ses boyaux, je vais te couper les doigts, ça t’apprendra à être sage, mon gros canaillou », du « ne bougez pas, Princesse je vous protégerai envers et contre tous, et avec ce bâton, je vais tuer dix par dix les guerriers de l’armée barbare, et tout ça au ralenti » et du « mon père est absent, je vais attendre 1 heure à la fenêtre, et vous allez attendre avec moi en regardant mon visage inquiet, tiens, il pleut, dehors », j’ai nommé, l’esthétiquement vio-lent (et parfois très drôle) cinéma asiatique.

Oui, nous sommes comme ça, nous. Le week-end à Deauville n’est pas romantique sur les planches chabada bada, mais joliment sanglant dans les salles de cinéma à regarder le sort s’acharner sur les jeunes filles pauvres, orphelines et malades qui auront cru trouver une solution, mais en fait, non, la solution mourra écrasée sous un bus après avoir été battue à mort par quatre proxénètes drogués, parce que faut pas déconner, dans la vie, y’a pas d’espoir, on n’est pas aux Etats-Unis non plus.

La vie est dure, injuste, cruelle ; si tu es méchant, toi et ta famille mourrez dans de terribles conditions, si tu es méchant mais que tu fais une bonne action, peut-être que tu seras épargné, mais alors on tuera ta famille et ton seul et unique enfant, celui que tu chérissais plus que ta vie, et tu devras vivre avec ça sur ta conscience de méchant, si tu es gentil, mais que tu as fait un truc pas bien, alors suicide toi tout de suite et évite d’adopter une enfant parce que tu vas mourir et ça lui retombera dessus alors qu’elle n’aura que 6 ans, si tu es gentil et innocent, y’a fort à parier que tu ne t’en sortes pas non plus, à tous les coups tu as des liens avec un méchant, un méchant un peu repenti ou un gentil un peu méchant, et sinon, tu seras probablement au mauvais endroit au mauvais moment.

D’ailleurs, si tu veux qu’il n’arrive rien à toi ou à tes proches, surtout, ne naît pas.


Palmarès Officiel :
Compétition Action Asia : Lotus décerné à « A Bittersweet Life », de Kim Jee-Woon (Corée du sud), sortie prévue le 10 mai,
Compétition officielle :
- Lotus de la critique : « Citizen Dog », de Wisit Sasanatieng (Thaïlande), sortie prévue le 12 juillet,
- Lotus du meilleur scénario : « Midnight my Love », de Kongdej Jaturanrasmee (Thaïlande), pas de sortie prévue,
- Lotus du Jury : « The Peter Pan formula », de Cho Chang-Ho (Corée du Sud), date de sortie non annoncée,
- Lotus du meilleur film : « Dam Street », de Li Yu (Chine), date de sortie non annoncée.

Palmarès Eulalien :
- Lotus Rose d’Eulalie pour la compétition officielle : « 4h30 » de Royston Tan (Singapour), d’une intensité captivante pour peu qu’on réussisse à rentrer dans le rythme très lent et qu’on ne soit pas gêné par le silence. (Pas de sortie prévue, dommage) (J’avoue toutefois ne pas avoir vu « Dam Street » et « The Peter Pan Formula »)
- Lotus Blond d’Eulalie pour la compétition Action Asia : « One nite in Mongkok », de Derek Yee (Hong Kong), parce que c’est désespéré, haletant et réalisé « à l’asiatique ». (Date de sortie non annoncée),
- Lotus Zébré d’Eulalie pour les films pas en compétition : « SPL », de Wilson Yip (Hong Kong), parce que putain, merde, quoi. (Pas de sortie prévue)


(Tiens, cela me fait penser que en Novembre dernier, je n’avais pas fait de note à ce sujet, mais nous avions assisté au Festival du Cinéma Russe de Honfleur -14-, les deux films qui sortaient du lot étaient « L’Italien » de Andreï Kravtchouk –pas sorti en France pour l’instant- et « Familles à vendre » de Pavel LOUNGUINE –sorti dans l’indifférence générale le 25 janvier-, deux films diamétralement opposés mais qui nous ont vraiment plus, sait-on jamais, si vous avez l’occasion !)


Commentaires

1. Le mardi 14 mars 2006, 16:11 par Mazel

Ben dis donc, vous savez vous amuser vous... hi hi hi Les films asiatiques je n'ai jamais essayé mais j'ai du mal avec les films d'auteurs (Exemple "la chambre du fils" Palme d'or de Cannes en je ne sais plus quelle année, apparemment il vaut les films asiatiques au niveau de l'action et du rythme de l'histoire...ça devrait vous plaire) En tous les cas cette note est plus claire que la "capillaire note" ;-) et je me sens un peu moins blond, merci !!! Bises Mazel

2. Le mardi 14 mars 2006, 18:26 par Ercie

Mais? Mais? Mais? Parce que vous allez vraiment voir ce genre de films les week-ends? Ouah...

3. Le mardi 14 mars 2006, 19:22 par -Z-

Ahlala, la culture, ça force le respect.

4. Le mardi 14 mars 2006, 19:51 par philippe

Tu es gentille tout plein, mais ce n'est pas parce que tu t'es royalement emm***** pendant des heures que l'on va profiter de tes "bons" tuyeaux, Huggie !

Cela dit, question culture cinéphilique, ça en imposerait plutôt plus que "La grande vadrouille" (au hasard).

D'ailleurs je suis tellement inculte que lorsque tu as parlé du Dakota dans ton avant-dernière note, je croyais que c'était un gros navion, du coup je trouvais normal que l'on interdise les IVG pendant un vol.

Sinon hier soir j'ai regardé "Very bad things" à la télé (sur la chaîne des stars :) )et j'étais plié de rire (comme pour "Snatch").

5. Le mardi 14 mars 2006, 20:21 par Zub

Pas de festival du film moldave en vue à Aulnay? huhuhu

6. Le mardi 14 mars 2006, 20:36 par Eulalie

Bon, alors :

Mazel, tous les films asiatiques ne sont pas des films d'auteur. La compétition Action Asia, ce sont des oeuvres d'action, avec des intrigues super ficelées et / ou drôles. C'est un cinéma vraiment très riche, et surtout très diversifié. Tous les films ne sont pas lents et poétiques, il y a par exemple les Jacky Chan :)

Ercie, ces films sont vraiment très bons, bien meilleurs que toutes ces superproductions américaines convenues et sans renouveau, sans originalité avec lesquels on nous bassine à longueur de temps.

-Z-, je ne sais pas si cela force le respect, mais au delà de ça, c'est réellement très intéressant de s'immerger dans d'autres cultures.

Philippe, sur les 13 films vus, choisis au pif (je ne lis jamais les synopsis, ne regarde pas plus les bandes annonces, ni n’écoute les avis des autres), je ne me suis ennuyée que pendant 2 films. Après, ce sont mes goûts, en effet, mais ces cinémas (russe autant qu’asiatique) méritent vraiment qu’on s’attarde dessus, ne serait-ce que pas curiosité culturelle.
Et « la Grande Vadrouille », c’est drôle.
Et « Very Bad Things », c’est hilarant.

Zub, si, si, on arrive, tu nous gardes une place au 7ème rang comme d'hab' ?

7. Le mardi 14 mars 2006, 22:08 par Tonton

Heu... je veux pas faire genre vulgaire ou médisant, mais Lotus Rose c'est quand même du papier toilette. Remarque, ça peut faire plaisir, surtout si y a pénurie.
Tonton, Lotus Esprit

8. Le mardi 14 mars 2006, 22:38 par Uaithne

Je confirme tout ce que dis la madame sur le cinema zaponais !

Le zaponais c'est bon meme cru, mangez z'en !

9. Le mardi 14 mars 2006, 23:20 par spoutnik

moi j'aurais dit comme Zub mais il l'a dit avant alors je vais dire autre chose : perso j'aime bien le cinéma asiatique surtout quand y des sabres, et que l'on arrrive pas vraiment à distinguer qui est bon et qui est mauvais car souvent personne n'y est vraiment bon ni vraiment mauvais (mais c'est vrai que les mauvais commencent à logiquement se faire mettre les tripes à l'air avant la fin de la première heure). cool comme WE.

10. Le mardi 14 mars 2006, 23:43 par philippe

Ah mais je n'ai pas dit que tous les films du tiers monde (ou assimilés) sont chiants.

Je me souviens avoir vu, il y a très longtemps de cela, une jolie princesse retenue prisonnière par un terrible dragon...heu non, c'est pas du tout ça ! c'était un film jamaïcain ayant pour titre "Rasta Man" (à ne pas confondre avec "Rasta Rocket"), où un rasta, doté de super-pouvoirs quand il avait fumé sa ganja, sauvait le pays à lui tout seul d'un coup d'état militaire, façon Rambo, bref de l'action autant que de l'exotisme.

Et ce soir, je viens de regarder l'histoire de Toumaï.

Bonne et douce nuit Lili, tout plein de beaux rêves.

11. Le mercredi 15 mars 2006, 00:17 par DesMurmures

Ah mais ouais, j'les z'ai tous vu en Lituanie doublés en Turc.

C'la dit, la dernière fois que j'me suis régalé avec un film made in l'Asie, c'est avec "Locataires" de Kim Ki-Duk. Une merveillitude qui devrait être remboursée par le Sécu.

12. Le mercredi 15 mars 2006, 09:31 par Diogène

Chère Eulalie,
Merci de nous faire croire un instant qu'il y aurait une vie après Hollywood.
Demain, c'est promis, je me lève tôt.

13. Le mercredi 15 mars 2006, 10:56 par Pixie

Hey miss. Je voudrais t'ecrire un mail, mais euh, je n'ai acces internet que dans un internet-cafe, donc pas d'outlook. Et ton adresse, je ne le vois nulle part. Tu me l'envoies, dis?

14. Le mercredi 15 mars 2006, 11:19 par ulfablabla

L'initiative d'un festival de ce genre c'est plutôt bon esprit, à la base, surtout que là, il permet entre autre apparemment de faire découvrir de nouveaux réalisateurs. Je dis ça vu que la plupart n'ont qu'un ou deux films à leur actif. Par contre, c'est vrai que je reste un peu dubitatif quant au fait d'aller voir 3, 4 films par jour pendant 4 jours. Je suppose qu'on ne prête pas la même attention au bout du 3ème film, ou alors qu'est mis plus en évidence les points communs du cinéma asiatique dans les films qu'on peut voir. Un peu le même principe que pour les nuits spéciales dédiées à un réalisateur. M'enfin, d'un autre côté, je sais pour l'avoir pratiqué que ça n'est pas forcément désagrable de s'enfermer dans une salle de cinéma toute une journée, l'effet "perte de la notion du temps" est garanti. Sinon, vraiment juste histoire de pinailler, il y a deux "o" à Kim Jee-woon (A bittersweet life). C'est lui qui avait écrit le scénario et réalisé "deux soeurs", un film très intéressant également. En ce qui concerne ton lotus blond, "one nite in Mongkok" devrait sortir prochainement, mais c'est étonnant, il y aurait un "one nite in Mongkok" et un "one night in Mongkok" du même réalisateur, produit l'un en 2004, l'autre en 2005. L'info n'a pas beaucoup d'intérêt, mais c'est tout de même étrange. En plus, 8 à 10 € pour toute une journée de festival, c'est vraiment pas cher, si on compare avec les tarifs pratiqués dans la plupart des salles parisiennes...

Ha, à part ça, je déconseille "mémoire d'une geisha", si on pense aller voir un film asiatique. C'est un film américain qui se passe au japon, mais ils ont pris pour les actrices principales des actrices chinoises qui parlent en anglais avec un accent chinois. ça fait assez bizarre, et sinon, pour le reste du film, bin c'est un peu planplan... alors que cette semaine, deux films asiatiques sortent, l'un dans le genre aventure: "Wu ji, la légende des cavaliers du vent" (un titre un peu classique, au passage) et dans le genre "drame / tu aurais mieux fait de ne pas naître...": Shanghai dreams. (le rêve de Shanghaï sera un rêve brisé, bien entendu...)

15. Le mercredi 15 mars 2006, 11:20 par ulfablabla

Haaa, désolé pour le pavé, j'étais allé à la ligne pourtant, j'vous jureuh, m'dame, j'vous jureuh.

16. Le mercredi 15 mars 2006, 12:14 par Eulalie

Tonton, toi, parfois, j'ai l'impression que tu n'as pas l'âme du poète. Parfois.

Uaithne, japonais, mais aussi coréen, thaïlandais, chinois, Hong Kongais, ...

Spoutnik, les mauvais ET les bons, pour d'étranges raisons de côté obscur ou de sens du devoir. Chouette fin de semaine, en effet, Monsieur Muche m'ayant même fait l'honneur de prendre des jours pour assister au festival en entier.

Philippe, oulah, le cinéma jamaïcain, il doit être produit sous reggae, et je déteste le reggae. Presque autant que le ragga.
Ce soir, j'ai regardé les Bronzés. Parce que les classiques, c'est bon.

DesMurmures, Kim Ki Duk est un fantastique réalisateur ; "Printemps, Eté, Automne, Hiver et Printemps" est aussi superbe.

Diogène, il y aura une vie après Hollywood, mais surtout, il y a une autre vie en même temps qu’Hollywood, et ça c’est chouette.

Pixie, je le fais tout de suite.

Ulfablabla, trois films par jour, en effet, un le matin, un dans l’après-midi et un le soir. Si le rythme peut effrayer (bien que nous soyons très softs, certains s’en font cinq par jour), les films sont tellement différents, les histoires tellement bien posées, que ce n’est vraiment pas laborieux.
Mais je pense que c’est vraiment une question de film. Il y a des œuvres qui mûrissent en nous, des choses que l’on ressent après coup, et je trouve que la plupart des films asiatiques correspondent tout à fait à ce type d’œuvre là (Peut-être aussi ai-je eu beaucoup de chance). En plus, nous avions minimum 1h30 entre chaque séance, cela permet de sortir s’aérer un peu, et de débattre de nos avis et de nos émotions. En ce sens, je n’ai pas l’impression que nous ayons « consommé » (au sens le plus péjoratif du terme) et nous avons vraiment fait de bonnes découvertes.
Les nuits entières, c’est différent, il n’y a pas de temps entre chaque film, et ça, en effet, ce n’est pas agréable, c’est juste voir pour voir.

8 à 10 euros ou 30 euros pour toute la durée, gratuit pour les étudiants et les demandeurs d’emploi… C’est vraiment un bon plan, je trouve !

Kim Jee-Woon, je vais corriger. (Tiens, d’ailleurs, si quelqu’un sait avec certitude comment s’écrit Andreï Kravtchouk, parce que j’ai trouvé autant d’écritures différentes qu’il est possible sur ce nom.)

" Mémoires d’une Geisha ", je ne comptais pas aller le voir, il pue la superproduction hollywoodienne, et je sature de ce type de production.

"Wu Ji" a été diffusé en film d’ouverture avec la présence de Chen Kaige, c’est kitsch, c’est dans la veine du "Secret des Poignards Volants", l’histoire en elle-même n’est pas d’une originalité fantastique, les effets spéciaux sont parfois plus que limite, mais c’est beau, c’est très poétique, et je trouve qu’on se laisse très facilement porter.

"Shangaï Dreams" (Prix du Jury Cannes 2005) a également été projeté, pour le coup, rien à voir du tout avec Wu Ji. C’est effectivement très dur, et c’est vraiment terrifiant de voir que cette histoire se place au début des années 80. Au-delà du film, c’est une chronique sociale vraiment intéressante pour qui veut comprendre un peu l’histoire de la Chine et la culture chinoise. (Et la touche de Lu Jun, huhu)(Trouve-je)
Et paf, ça c’est de la réponse.

17. Le mercredi 15 mars 2006, 13:09 par ulfablabla

Et amatrice de bons jeux de mots qui tâchent, en plus (Tren Pao Li, petite demi-heure pour comprendre...)

Les nuits hommage, souvent, de toutes façons, c'est des films que les gens ont déjà vu et vont revoir sur grand écran, entre fans. C'est une ambiance particulière, ça n'est pas que pour le film lui même.

Un festival gratuit pour les étudiants et les demandeurs d'emploi Whaaa, on peut dire qu'ils sont vraiment sympas, à Deauville! Personnellement, je profite de ma carte illimitée mk2/gaumont/pathée, ce qui me permet de ne pas trop hésiter avant d'aller voir tel ou tel film.

Андрей Кравчук s'écrit en français apparemment Andrei Kravchuk (source: imdb + site russe de cinéma)

Oui, c'est vrai, le Secret des poignards Volants, c'est kitch, de toutes façons, dès qu'il y a des combats chorégraphiés dans les airs façon Sangoku... Mais ces chinois sont trop forts, ils réussissent à faire quelque chose de kitch et beau à la fois, avec des couleurs magnifiques, et de la grâce tout plein dans leurs personnages... J'irai donc voir Wu Ji, comme prévu. et Shangaï Dreams qui nous montrera que le communisme a encore aujourd'hui des répercutions bénéfiques: hé oui, ça donne des films poignants sur des gens qui ont été manipulés, déplacés en masse tels des pions. Enfin réjouissons nous, même encore communiste, la Chine autorise quand même des films de ce genre aujourd'hui!

Vlan la re-réponse...

18. Le mercredi 15 mars 2006, 13:11 par ulfablabla

rezut, la police russe ne passe pas sur ton blog... pour voir l'orthographe exacte du nom "Andrei Kravchuk", aller là: http://www.kinopoisk.ru/level/4/id_actor/690065

19. Le mercredi 15 mars 2006, 18:50 par Adrenalynn

Queuoi ? Tu as snobé le Festival du Nanar de Fumichon pour aller voir du cinéma asiatique ! Quelle honte.
T'façon chuis même pas jalouse, j'ai Visitor Q et Ichi The Killer en DVD à la maison, alors. Hakama en soie sur toi.

20. Le mercredi 15 mars 2006, 18:56 par -Z-

Certes, certes.

21. Le mercredi 15 mars 2006, 20:12 par philippe

Te casse pas le beurrier avec Andrei K., si tu savais comment les russkofs écrivent Eulalie en cyrillique...

Le "Secret des poignards volants", on l'a fait mon père et moi chez un pote un jour, et sans trucages, eh bien il n'était pas content du tout de le connaître, le secret. Faut dire qu'on avait transformé la porte de son atelier en écumoire.

22. Le mercredi 15 mars 2006, 20:36 par Eulalie

Ulfablabla, l’origine du titre, c’est le surnom que m’a donné papou, hilare, quand il a appris que je devrais me lever le matin pour aller au ciné : « Tren Hao Li ». Après ces 5 jours, c’est fière que je me suis rebaptisée « Tren Pao Li ». Ouaip.

Dans « le Secret des Poignards Volants », la scène de combat dans les bambous est fantastique. Je suis d’accord pour la grâce, et j’ai trouvé qu’il y en avait énormément dans « Wu Ji ». Je trouve dommage que les critiques l’assassinent parce que ce film n’est « visuellement pas à la hauteur des sommes engagées ».
Pour « Shangaï Dreams », c’est effectivement très étonnant de constater que la Chine autorise sa diffusion et sa distribution.

Merci pour Andreï :)

Adrenalynn, hep, y’a des supers nanars, comme « le retour des tomates tueuses », avec George Clooney coiffé comme Mel Gibson dans l’arme fatale !
Pluie de pétales de cerisier sur toi.

-Z-, incontestablement, oui.

Philippe, les pères n’aiment pas les écumoires, y’a toujours des trucs qui bouchent les trous et puis après faut des petits couteaux pour virer les grains de riz.

23. Le mercredi 15 mars 2006, 20:50 par Fuzzi

Si ça continue comme ça, on aura bientôt la playlist d'Eulalie dans iTunes aussi.Comment ça, iTunes c'est pas pour le ciné ? Bon, ok, mais j'attends la playlist pour savoir ce que notre hôte écoute (ben oui, je veux savoir sur quel fond musical lire les notes ici bas).

24. Le mercredi 15 mars 2006, 21:15 par philippe

J'ai dû mal m'exprimer : c'est mon pote qui n'était pas content d'avoir une nouvelle porte à claires-voies. Mon vieux il avait fait largement autant de dégats que moi.

25. Le mercredi 15 mars 2006, 22:52 par Diogène

Ce qu'il y a de bien avec tous ces lotus distribués, c'est qu'on peut se moucher dedans pendant les scènes qui vous arrachent des larmes. C'est bien du double épaisseur, hein ?
Philippe > c'est marrant moi j'aurais écrit "clairvoies". Mais c'est pas grave : on bouchera les trous avec les lotus usagés.

26. Le jeudi 16 mars 2006, 00:19 par Eulalie

Fuzzi, oulah, une playlist ? Ou genre une radio blog ? Mes goûts musicaux n'ont rien de particulier, à part peut-être leur tendance à aller dans tous les sens. (SAUF reggae et ragga)

Philippe, oh, pardon, c'est moi qui ai tout lu de travers. Je vais aller rougeoyer par là, tiens.

Diogène, ah non, ce sont des fleurs de Lotus réalisées en origami par mes petites mimines. Si si. D'ailleurs ces petites oeuvres attendent leurs propriétaires.

27. Le jeudi 16 mars 2006, 10:42 par ulfablabla

Hé bien ! Le rose battrait il en retraite sur ce blog?

Rêvais je ou cette nouvelle banière est majoritairement noire?

Bon, restent quand même les roses roses et les papillons roses tout autour pour nous rappeller où on met les pieds.

28. Le jeudi 16 mars 2006, 13:15 par Adrenalynn

Le Retour des Tomates Tueuses, c'est vu et revu. Non, il te faut un VRAI nanar, Overdose de Jean-Marie Pallardy par exemple, ou bien Starcrash II.
Hello Kitty sur toi.

29. Le jeudi 16 mars 2006, 17:35 par Eulalie

Ulfablabla, majoritairement, oui, mais après 3 ans de bandeau rose, je ne pouvais plus le voir. Et puis maintenant il y a une uniformité avec le reste.

Adrenalynn, et Dark City d'Alex Proyas, c'est pas considéré comme un nanar ? J'avoue que j'ai une faible culture du nanar, malheureusement. Orchidées roses sur toi.

30. Le jeudi 16 mars 2006, 21:34 par Adrenalynn

Mmm, les conditions à réunir pour un nanar digne de ce nom sont nombreuses Petite Scarabée Rose, et la route du Nanar est longue...

31. Le jeudi 16 mars 2006, 22:06 par philippe

Diogène > j'ai hésité sur l'orthographe du mot, mais j'avais trop la flemme d'aller chercher un dico (et encore ce soir). Et puis c'est un tel bordel sur mon bureau...