Ciné club : Ocean’s twelve

-On va voir Ocean’s twelve ?
- Nan.
- Pourquoi ?
- J’ai pas vu le 11.
- Bradou et Georges dans le même film, on s’en fout que tu n’aies pas vu ou même compris le onze. Prends ton manteau.
- Lequel ? (hinhin, oui, je frime…)

Alors j’y suis allée, mais surtout pour me faire plaisir aux yeux. Depuis TROY, je suis une Bradouphile convaincue. D’ailleurs, je ne choisis plus mes amants que sur photo de grands blonds bronzés en spartiates et jupe. (Et étonnamment, il n’y a pas beaucoup de candidatures). Et depuis Urgences, je rêve de me faire ventiler et masser le cardiaque, à moi l’atropine, les perfusions et les bandes stérilisées. Je veux qu’on se batte pour ma sécu, et je veux jouer au docteur.

Ce que je ne savais pas, c’est qu’en plus de faire du bien à mes yeux, ce film ferait plaisir à mon imagination ; lorsque le fantasme masculin par excellence est repris à la sauce féminine par de tels acteurs, moi je dis… Euh… *soupir béat* (Ne faites pas de soupir béat en public lorsque vous traînez des restes d'angine, au risque de le voir se transformer en râle père-fourresque, ou d'entendre vos amis demander si votre chat est en train de cracher une boule de poils) Donc, au menu, George et Bradou qui se sourient, George et Bradou qui se comprennent à demi mots, George et Bradou complices, George et Bradou sur une chouette musique, George et sa sublime chemise en lin et Bradou et sa veste en cuir ceinturée, George et Bradouuaaaagraouaaaa… Bon, ça manque de jupe en cuir et de stéthoscope, je vous l’accorde. Mais sur ce coup là, je trouve Soderbergh vachement malin. Vous imaginez, vous, s’il avait réuni un guerrier en jupe de cuir indestructible et un Chirurgien-Pédiatre Urgentiste, disons, dans une station spatiale à essayer de comprendre pourquoi le commandant s’est suicidé et l’équipage est devenu fou et paranoïaque ? Non. Moi non plus.

Et là où Soderbergh est génial, c’est qu’il a choisi deux actrices très moyennes et très quelconques, permettant à n’importe quelle femme de penser que les deux là en face, dans leurs belles chemises, sont tout à fait abordables.

Soderbergh, bienfaiteur de l’humanité féminine hétérosexuelle de goût, de l’humanité masculine homosexuelle de goût et de l’humanité féminine et masculine bisexuelle de goût. Merci.

Commentaires

1. Le samedi 1 juillet 2006, 00:49 par philippe

Bah y a qu'en plus de ne pas partager les mêmes goûts pour la variété, on n'est pas non plus sur la même longueur d'onde question ciné (et surtout question acteurs).

Brad Pitt je ne l'ai trouvé bon que dans "Snatch", quand il joue les gypsies arnaqueurs.

Et Georges Clooney était super dans "Une nuit en enfer" (je ne me souviens plus du titre original), mais il était entouré d'une sacré brochette de bons acteurs : Harvey Keitel, Quentin Tarentino, Salma Hayek, Juliette Lewis.

Bon, cela dit, je ne suis pas buté, je regarderai "Ocean's eleven" et sa suite si j'ai l'occasion, histoire de voir si tes deux chouchous sont de vrais acteurs ou seulement des bellâtres.

Mais je peux toujours changé d'avis, la preuve : je trouvais que celui qui dansait avec les loups (je ne me rappelle plus son nom, vive Alzheimer !) était très surfait comme acteur, et puis il m'a bluffé dans "Un monde parfait" de et avec Clint Eastwood, puis dans la bio de Wyatt Earp.