Infirmité - Intervention conclue sur un échec -

Le sujet technique de Mnémo est tombé sur le blog commun des Four Jolly Fellows, tel un couperet « Une ma-gni-fi-queuh déclaration d'amour sans utiliser le moindre "a" »

Dès lors, mes neurones n’ont guère trouvé de répit. Cette seule idée en tête, relever le défi, me fit perdre le sommeil et tout discernement. Coucher des sentiments forts, étudier les lois du désir, écrire sur l’ensorcellement et l’enivrement.

Et puis brusquement, une question : comment produire un tel texte ?

Les émois éperdus, l’envie de séduire encore et encore, tout ceci me semble être une figure exotique, comme sur ces photos de cocotiers sur le bleu outremer… Joli, merveilleux, idyllique,… et terriblement conceptuel.

Conter fleurette en de longues missives fondées sur les bonds du cœur, rêver des effluves d’une chevelure soignée, encenser les douceurs et l’onctuosité d’une bouche, l’esprit vif et joyeux d’une personne hypothétique m’est impossible.

Je décide donc, sournoisement, de récupérer de vieilles lettres d'entichés et d’en retirer ce qui doit l’être. Terrible déception. L’individu sournois, tout comme le criminel, n’est guère récompensé. Encore heureux ? Toujours est-il que mes épris n’ont guère pris le temps de mettre des mots sur leurs troubles. Ou bien peut-être me suis-je toujours envolée trop vite ?

Je ne possède guère de compétences en sentiments. Je ne peux que convoiter, séduire, puis brûler les hommes et enfin m’envoler. Je suis une infirme.

Toutefois, Héritier Ferrero, si vous vous sentez intrépide - et ignifugé, écrivez-moi. Peut-être serez-vous l’objet d’une note pleine de tendresse et d’émotions, et peut-être me ferez-vous mentir sur une de mes prétendues infirmités.