vendredi 17 mai 2019

Izumo Taisha, Izumo, Shimane

2019-05-17_IzumoTaisha-2.JPG

Izumo est le « pays des dieux ». C’est en effet dans cette région que commence le mythe de la création du Japon. Izumo Taisha est le sanctuaire du dieu Ōkuninushi, considéré comme le fondateur de la nation japonaise (avant de laisser la main à Amaterasu, déesse du soleil, dont est issue la lignée impériale). Ōkuninushi, c’est un descendant du dieu Susanō (« auguste mâle impétueux »), lui-même fils du dieu Izanagi et de la déesse Izanami qui ont créé les îles qui devinrent le Japon. Pas de la gnognotte.

2019-05-17_IzumoTaisha-1.JPG

Tout est démesuré dans ce sanctuaire : les allées sont larges et bordées d’arbres centenaires, le haiden et le honden (24 m de haut actuellement, de récentes recherches indiquant qu’il mesurait originellement 48 m !), le kaguraden et sa corde sacrée fabriquée à la main de 13m de long... mais il faut bien ça pour accueillir, tous les dizièmes mois du calendrier lunaire, toutes les divinités shintoïstes du Japon pour leur grand rassemblement annuel.

2019-05-17_IzumoTaisha-3.JPG 2019-05-17_IzumoTaisha-4.JPG

Dans le sanctuaire, on retrouve beaucoup de statues de petits lapins. On m’a expliqué que dans le Kojiki, les « chroniques des faits anciens », il est indiqué qu’Ōkuninushi et ses 80 frères (ça plaisantait pas, la natalité, chez les dieux) convoitaient tous la même princesse. Mais les 80 frères étaient des brutes stupides du genre à harceler les petits lapins. Ōkuninushi, qui était un bon gars, croisa un jour un spécimen qui était venu des îles Oki à Izumo en surfant sur des requins (ou des crocodiles, ça dépend de la traduction)(nous, on a pris le ferry, je pense qu’on a eu raison), mais qui avait été blessé pendant le voyage. On se demande bien pourquoi. Il lui conseilla une source et un remède, et le lapin reconnaissant, qui n’était autre que le dieu lapin Inaba, lui prédit que ce serait lui que la princesse choisirait. Ce qui ne l’a pas empêché de prendre moult épouses pour avoir ses quelques 180 rejetons, parce que la fidélité n’est pas l’apanage des dieux et qu’on ne plaisante pas avec la natalité tudjieu !

2019-05-17_IzumoTaisha-5.JPG

jeudi 16 mai 2019

Yūshien, Matsue, Shimane

2019-05-16_Yuushien-5.JPG

C’est par bus qu’on accède à la petite île qui se trouve au centre du lac Nakaumi. Depuis la route, on n’imagine pas la splendeur qui nous attend derrière les portes. Les nuances de verts, les textures des troncs, les lignes des feuilles, la mousse qu’on souhaiterait parcourir pieds nus, les touches de couleurs franches et vibrantes des pivoines, nénuphars, iris et du pont rouge.

Mais aussi les passages de l'ombre à la lumière, les perspectives, les carpes dans le bassin, les cours d’eau et petites cascades, les ombrelles des quelques pivoines...

Nous empruntons chaque allée qui croise notre flânerie. Nous nous asseyons sur chaque banc pour profiter des tableaux créés par des jardiniers.

2019-05-16_Yuushien-1.JPG 2019-05-16_Yuushien-2.JPG 2019-05-16_Yuushien-3.JPG 2019-05-16_Yuushien-4.JPG

J’aime tellement la mise en scène des jardins japonais, le soin apporté aux détails. J’ai lu l’année dernière l’article d’une voyageuse qui expliquait qu’ils transpiraient la résignation. Elle les comparait à des petits cercueils agrémentés d’arbres rabougris et recroquevillés. Je pense à ses mots à chaque visite ; où sont les arbres rabougris et recroquevillés qu’elle a vus ?

Horikawa yuransen, Matsue, Shimane

2019-05-16_Horikawa-Yuransen.JPG

Nous sommes arrivés à l’embarcadère alors que le bateau était prêt à partir. Il était rempli de bacs de carpes que le batelier devait livrer au bureau des jardins et des étangs avant 11h. Ou alors c’était rempli de mamies japonaises, mais ça m’étonnerait quand même un peu.

Lorsque le Grü est monté à bord, toutes les carpes (à moins que ce ne fut des mamies japonaises ?) ont averti ensemble « Atama ! Atama ! », mais ça n’a pas loupé, il s’est cogné la tête en rentrant s’asseoir.

Le batelier ne parlant pas vraiment anglais (et encore moins français), la mamie carpe la plus jeune est venue s’asseoir à côté de nous pour nous traduire les anecdotes et blagues. C’était très joyeux.

Pendant les 50 minutes du circuit, le toit s’est baissé 4 fois pour passer sous des ponts vraiment très proches de l’eau, faisant pouffer comme des collégiennes les mamies carpes parce que les grands benêts qui se plient en deux, y’a pas plus fendard. Humour de mamies carpes.

J’ai acheté la photo souvenir à la fin, même si je ressemble à un bouledogue albinos et si le tarif était prohibitif, pour garder en mémoire leurs trombines hilares de chouettes mamies carpes.

mercredi 15 mai 2019

Le retour à Honshū

Les pèlerins de l’aller ont été remplacés par des randonneurs centenaires équipés de bâtons de marche. Le ferry en déverse une vingtaine à chaque île. Je suis jalouse du temps qu’ils passeront là-bas alors que nous devons déjà retourner sur Honshū, mais j’ai tout de même envie de leur crier par dessus bord « Rationnez vos BN ! Sinon ils vous donneront des huîtres frites ! ».

À bord, nous sommes interviewés par la télé.

Interviewer, content de tomber sur deux occidentaux - Vous étiez à Nakanoshima ?
Eulalie, hyper à l'aise - Oui !
Interviewer, content de tomber sur des occidentaux en mesure de répondre en japonais - C'était comment ?
Eulalie, à fond - Très joli.
Interviewer, en mode mitraillette - Et Ama ?
Eulalie, sentant l'embrouille venir - Très joli !
Interviewer, en mode investigation - Pourquoi êtes-vous venue ici ?
Eulalie, cherchant l'accès à son vocabulaire - Parce que... c'est très joli.
Interviewer, sentant l'embrouille - Comment avez connu les îles Oki ?
Eulalie, maudissant son vieux cerveau stupide - Par un ami qui m'a dit : "c'est très joli".

J’espère qu'il n'y aura pas trop de coupes au montage pour que chacun puisse bien saisir la complexité de ma pensée - et l'étendue vertigineuse de mon vocabulaire. Je suis très heureuse d’avoir pu transmettre un peu de ma sagesse.

Le petit-déjeuner des ryokans

J’adore ça. Vraiment ; la multitude de petits plats, la vaisselle, le soin porté aux couleurs, la minutie avec laquelle chaque élément est taillé et présenté.

Mais je n’aime pas. Je n’aime pas les poissons salés, séchés, saumurés, les sashimis de calmars ou de poulpe, je ne veux pas entendre parler d’huîtres de si bon matin, éloignez le gluant okura et le natto, ET C’EST QUOI LE TRUC AVEC LES CÉBETTES ET OIGNONS CRUS AU PETIT-DÉJ BANDE DE MALADES.

Heureusement, il reste le thé, la soupe miso régionale, le délicieux riz qui n’a ce goût qu’ici, les tsukemonos (hmmm les umeboshis), les crudités, les légumes et tofu cuits dans le petit bouillon avec parfois la sauce ponzu.

2019-05-15_Asagohan.JPG

mardi 14 mai 2019

L'onsen

Si j’aime l’intimité d’une salle de bain privée, je dois avouer qu’un bon bain chaud avec des jets massants est plus que plaisant pour délasser un peu le corps soumis à plus d’activités sportives en 10 jours qu’en une année complète. J’essaie diverses techniques pour avoir le lieu à moi seule, mais ça rate à chaque fois. 6h du matin, à l’ouverture, je pensais avoir un peu d’intimité puisque TOUT l’hôtel s’était déjà baigné la veille au soir. C’était sans compter sur la gourmandises des mamies japonaises.

Bonus : Jules César se comporte TROP mal dans les onsen (image cliquable). 2019-05-14_Ama-Onsen.JPG

Chiburijima et Rainbow beach, îles Oki

2019-05-14_Chiburijima-Himemiya.JPG

La crapahute a commencé sous la pluie, sur des routes en lacet, pour aller voir le sanctuaire Himemiya. Sur le chemin du retour, on a vu un tanuki, alors la journée était faite.

Comme nous sommes une joyeuse bande de débiles (ça commence bien à deux, une bande ?), nous sommes partis sans nos BN et sans savoir où se situaient les restaurants de l’île. Évidemment, ils se trouvaient de l’autre côté, derrière une montagne de 70 km de haut (à vue de mollets encore un peu chonchons de la veille).

Dans une épicerie, nous sommes vite devenus une attraction. C’est pas souvent qu’on croise deux crétins en excursion sous la pluie qui gargouillent à réveiller les tanukis ! L’épicière nous a vendu des nouilles et nous a offert de l’eau chaude, une orange et son escalier tout neuf pour déjeuner. Ça nous a permis de voir un papy de 100 ans qui ressemblait à Steve Mc Queen faire d’une vieille moto à une main.

Lorsque les nuages se sont dissipés, nous n’avions qu’une idée en tête : se baigner les pieds dans l’eau fraîche de la mer du Japon.

La minuscule plage est vivante ; deux lycéens répétaient une chorégraphie de boy’s band, deux jeunes filles chantaient des succès à la mode dans leurs téléphones et cinq autres commençaient à apprivoiser leurs nouveaux instruments de musique (si on en juge à l’enthousiaste cacophonie que cela créait.) Dans ce tableau, rien n’allait ensemble, mais cela ne semblait pas troubler les cormorans qui nous regardaient depuis les petits rochers au loin ni les petites méduses accompagnées de leurs poissons de compagnie.

2019-05-14_Ama-VueHotel.JPG

lundi 13 mai 2019

Le tour de Nakanoshima

Je me sortais très bien de la location de vélos, quand soudain le dialogue est devenu plus ardu. Je fais répéter, len-te-ment, puis len...te...ment, mais quand tu ne connais pas les mots, tu ne les comprends pas plus lorsque les syllabes sont clairement détachées.

Je finis par deviner qu’il nous faut un permis de pédaler, ce qui d’un côté me soulage un peu car la dernière fois que nous avons loué des vélos, c’était en Maurienne et le « chemin du petit bonheur » m’a laissé une impression tenace de fesses de babouin pendant des jours.

Le responsable vient à la rescousse avec son traducteur. La voix robotique dit alors « est-ce que quand vous prenez l’assurance sur le vélo vous voulez le vélo de l’assurance ? ».

2019-05-13_Montee.JPG

Et c’est ainsi qu’ont débuté les 6 heures de babouinisation assurée.

Après la rude montée en vélo, nous descendons à toute berzingue pour profiter de l’air frais dans les cheveux. Nous arrivons dans des rizières au milieu desquelles se trouve ce sanctuaire dédié à Utsukanomikoto

2019-05-13_Rizieres-Utsukanomikoto.JPG

On repart sur les vélos. On ne nous arrête plus. Il est Eddy, je suis Jeannie. Nous filons comme des comètes à la seule force de nos mollets d’airain. À peine essoufflés, nous faisons halte sur la côte Akiya pour admirer le paysage, la falaise recouverte d’une coulée de lave, le rocher rouge dont l’érosion a creusé un cœur en son centre, visible depuis le bon angle. La mer du Japon est agréablement fraîche. Nous faisons des photos cucul de touristes amoureux devant le cœur. Bientôt le chant des petites reines nous ensorcelle et c’est sans même nous en apercevoir que nous repartons les cheveux dans le vent.

2019-05-13_Cote-Akiya.JPG Et puis nous nous sommes perdus. Seule la route principale figure sur les plans, papier et numérique. Nous avons visité bon nombre d’impasses, de cul-de-sacs et même de voies sans issue. C’est ainsi qu’au fond d’un passage qui sentait la glycine, à proximité d’un petit port, nous sommes arrivés à ce temple tout en bois.

2019-05-13_Temple1.JPG

2019-05-13_Temple2.JPG

Tout à notre nouvel enthousiasme vélocipède, il est possible que nous ayons eu les yeux plus gros que les mollets lorsque nous avons décidé de gravir le Mont Kinkoji. Au bout de 10 minutes d’ascension, mes joues flambent, mon rythme cardiaque s’emballe et mes jambes tétanisent. Je descends de ma monture pour finir à pied, mais ma bécane est bien trop lourde. J’avise un petit chemin à l’ombre pour reprendre mon souffle. C'est le Grü qui finira de monter mon vélo alors que je continuerai à pied.

2019-05-13_Vue.JPG

Arrivée enfin en haut, je prends de grandes bouffées d’air, stabilise mon rythme cardiaque et remercie mon cœur et mes jambes de m'avoir menée jusque là. On a de la chance ? Assurément.

(Je veux pas la ramener, mais voilà une idée de la hauteur du Mont Kinkoji au sommet duquel nous sommes allés en vélo. (À assistance électrique, OK, mais on n’a utilisé qu’un riquiqui cinquième de la jauge d’énergie, alors bon, hein, bon.) (Applause please.))

2019-05-13_CarteReliefs.jpg

dimanche 12 mai 2019

Temple Oki, Ama Town, Nakanoshima

Le temple Oki est notre première promenade sur l’île. C’est un bonheur visuel, auditif et olfactif. Végétation immense peuplée d’oiseaux inspirés, un léger vent nous porte des embruns. Les odeurs de mer, sel, fleurs sucrées, herbes chaudes et humidité se mélangent.

2019-05-12_Oki.jpg

La traversée

Je n’ai pas vu passer les trois heures de ferry qui séparent Sakaiminato de Nakanoshima.

2019-05-12_Traversee.jpg

Nous avons suivi les petites mamies, pensant qu’elles choisiraient des places de premier choix. Nous nous sommes retrouvés dans une pièce sans sièges, tapissée de moquette épaisse. À disposition dans des étagères, des couvertures en polaire -prière de déposer 30 ¥ (0,25 €) dans la boite prévue à cette effet, et des appui-têtes. Chacun se fait son petit coin douillet, puis les premières entament une sieste, les secondes s’asseyent en tailleur et commencent à réciter des prières. Les troisièmes sortent des plaquettes de bois en me regardant furtivement. Je me fais toute petite, me demandant si je ne suis pas dans un coin réservé aux pèlerins. Le Gru décide d’aller vivre à fond sa destinée de marin et part vers les embruns. Il en reviendra 1h plus tard, la bouche salée, les cheveux en bataille et le regard heureux.

Et moi, pendant cette heure ? Les mamies ont continué à me regarder et à me sourire. Au bout d’un moment, la plus joviale s’est glissée dans ma direction et m’a demandé en articulant bien d’où je venais. « Furansu kara kimashita, douzo yoroshiku », j’ai dit. La seconde, entendant ces mots, a rappliqué dare-dare. Et c’était parti pour une conversation lente, tranquille, avec beaucoup d’excuses, de rires et de douceur. J’ai été un peu triste, j’avoue, quand elles ont quitté le bateau dès le premier arrêt.

Je suis bien heureuse d’avoir persévéré dans l’apprentissage du japonais. Je suis souvent frustrée de la lenteur à laquelle j’apprends et m’en veux de ne pas réussir à en faire plus. Mais ce temps passé avec ces deux sœurs me rappelle que j’apprends avant tout pour communiquer avec des personnes comme elles et comprendre ce monde fascinant qui m’entoure.

mardi 7 mai 2019

Géoloc : je suis la ravie avec un sac à dos jaune qui sourit à tout le monde au terminal 2E

Dans le sac à dos de l'époux : iPad plein de séries sérieuses, iPhone rempli de podcasts d’adulte, chewing-gum pour l’avion, gel antibactérien, kleenex, chargeurs divers, paracétamol, sérum physiologique, journaux, lunettes pour voir de près, lunettes pour voir de loin, lunettes pour voir de semi-près, lunettes de nuit.

Dans mon sac à dos : trousse de crayons de couleurs, cahier, stylo bille panda, cahier de devoirs de vacances, bonbecks. Mince, j’ai oublié l’autorisation de sortie du territoire signée par mes parents ! À noter que j'ai vaillamment résisté à l’appel de crayons de couleurs aux mines chamarrées et d’un stylo bille en forme de baguette de pain ; bienvenue en semi-adultie ?

mercredi 10 janvier 2018

Don't blink

Comment faire flipper une petite nature facilement effrayée, leçon 1 : le post-it et le placard.

2018-01-10_Dontblink.jpg

Comment ne pas être dévoré de curiosité avec un message pareil ? Que se cache-t-il dans ce placard ? Est-ce que ça va nous tuer ? Mon ange aura-t-il la possibilité de me sauver si ça tourne mal, ou dois-je l’appeler juste pour qu’il m’accompagne aux Enfers ? Entre ce message et le kimono accroché au mur que j’ai confondu avec un fantôme à mon réveil, il va falloir beaucoup marcher la journée pour écraser de fatigue au retour dans l’appartement.

Au théâtre de la salle communale de Pont-Yvette sur Roupillon

Ça a bien commencé. Le douanier m’a demandé si j’étais jouzue (douée) en nihongo (japonais). Je mets ça sur le compte mon jovial « Ohayoooo gozaimaseeeeeeuh » (booonjouuuur), que du coup j’ai rapidement ravalé. J’ai rougi et bredouillé un pauvre « non, non, pas du tout ! », de peur que ma bête naïveté déclenche une expulsion du territoire pour déclaration mensongère. Ma réponse empressée a eu plus ou moins l’effet escompté ; j’ai eu le droit de passer, mais les douaniers ont ri un peu trop fort à mon goût.

Après, deux policiers nous ont accompagnés au comptoir de la Poste où notre routeur wifi nous attendait sagement. On doit avoir l’air de fieffés nigauds pour avoir carrément besoin d’une escorte. L’un des deux m’a demandé si je parlais bien japonais, j’ai répondu « hmmmm chotto, hon no chotto » (hmmmm peu, très peu) avec un air contrit, ça l’a fait sourire.

Ma carrière d’humoriste gaijin (étrangère) commence bien, si tu veux mon avis.

Et me revoilà dans ce pays qui me manquait même quand je ne l’avais jamais visité que dans mes rêves.

mardi 9 janvier 2018

Géoloc : je suis la ravie avec un sac à dos jaune qui sourit à tout le monde au terminal 2E

Et je bois une bonne chamomille à sa mémère pour essayer de dormir plus de 10 min pendant les 12 prochaines heures de vol. (J’ai rajouté un peu d’eau fraîche dans l’eau chaude parce que je suis une #GangstaTiède)